L'aluminium de l'industrie automobile entraîne des violations des droits humains

Les chaînes d’approvisionnement en aluminium de l’industrie automobile occasionnent des violations des droits humains et des destructions environnementales. Les ONG exigent davantage d’efforts de la part des fabricants.

Mine de bauxite
Là où il y avait autrefois des terres agricoles vitales, il ne reste qu’un sol troué après l’exploitation de la bauxite. (Quelle: IMAGO / Danita Delimont)

L’industrie automobile est l’un des plus grands consommateurs d’aluminium au monde. Environ un cinquième du métal extrait est utilisé chaque année pour les véhicules. Mais la production d’aluminium dans de nombreux pays va de pair avec une destruction de l’environnement, des violations des droits humains, comme la destruction des terres agricoles, des émissions massives de CO2 et des déplacements de population.

Les organisations de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) et Inclusive Development International (IDI) ont publié la semaine dernière un rapport (en anglais) détaillé sur le sujet qui documente les chaînes d’approvisionnement mondiales de l’industrie automobile et leurs effets dans les pays d’extraction et de production. À cette fin, les organisations ont mené des recherches sur le terrain pendant trois ans et se sont entretenues avec neuf grandes entreprises automobiles : BMW, Daimler, Ford, Toyota et Volkswagen, entre autres. BYD, Hyundai et Tesla n’ont pas répondu aux demandes de renseignements.

La production d’aluminium laisse des traces : dans les pays où le métal est extrait, et dans ceux qui transforment la matière première. Dans de vastes zones, les terres agricoles et les habitats naturels sont détruits ; les résidents locaux sont déplacés. Les eaux usées polluent les rivières et les lacs et entraînent des pénuries d’eau potable. Les constructeurs automobiles qui achètent l’aluminium n’ont pas encore suffisamment examiné leurs chaînes d’approvisionnement pour détecter ces abus. Mais les premières initiatives donnent de l’espoir.

Terres détruites

L’aluminium provient de mines, de raffineries et de fonderies en Guinée, au Ghana, au Brésil, en Chine, en Malaisie et en Australie. La matière première se trouve dans ce que l’on appelle la bauxite, du minerai d’aluminium rougeâtre. Même l’extraction de la bauxite pose des problèmes. Le minerai est extrait en surface et les mines s’étendent sur des superficies importantes. Au cours de ce processus, les sociétés minières détruisent souvent les terres agricoles et privent la population de ses moyens de subsistance.

Le rapport évoque la Guinée, qui possède les plus grandes réserves de bauxite (en anglais) au monde avec 7,4 milliards de tonnes, à titre d’exemple négatif. Le pays est devenu ces dernières années le plus grand exportateur de bauxite au monde.

D’après une étude gouvernementale (en anglais) datant de 2019, l’exploitation de la bauxite détruira 858 kilomètres carrés de terres agricoles en Guinée au cours des 20 prochaines années. Cela détruirait 4700 kilomètres carrés d’habitat naturel. Les habitants des zones touchées seront durement touchés, car selon HRW, environ 80 % d’entre eux vivent de l’agriculture. Les compensations seraient par ailleurs trop faibles.

En Australie, de vastes étendues de terres appartenant à des peuples indigènes ont déjà été victimes de décennies d’exploitation de bauxite. Selon le rapport, beaucoup d’entre eux se battent encore pour obtenir une compensation adéquate.

L’eau et l’air pollués

D’après le rapport, les rivières et les lacs sont également affectés par l’exploitation minière. La végétation est éliminée, ce qui entraîne de l’érosion. La boue rouge qui est produite lors du raffinage de la bauxite, pollue les masses d’eau dont les communautés dépendent pour l’eau potable et l’irrigation.

Dans l’État brésilien du Pará, une organisation non gouvernementale représentant plus de 11 000 personnes poursuit une mine de bauxite, une raffinerie et une fonderie d’aluminium appartenant à Norsk Hydro. L’entreprise est accusée de polluer les eaux du bassin amazonien.

Un autre effet secondaire de la production d’aluminium est l’émission massive de gaz à effet de serre : la matière première doit être raffinée et fondue, ce qui consomme beaucoup d’énergie. Cela se fait principalement dans des usines en Chine. En 2018, celles-ci ont couvert à presque 90 % de leurs besoins énergétiques grâce aux centrales à charbon. C’est une autre raison pour laquelle la production d’aluminium produit un niveau particulièrement élevé d’émissions : selon le rapport, un milliard de tonnes d’équivalent CO2 sont émises chaque année, soit environ deux pour cent du total des émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre.

Plus de voitures, plus d’aluminium

L’aluminium peut être utilisé pour rendre les voitures plus légères, et donc plus économes en énergie. De nos jours, 18 % de la production mondiale est déjà destinée aux constructeurs automobiles. D’ici 2050, l’association industrielle International Aluminium Institute (IAI ; en anglais) prévoit un doublement de la consommation du secteur.

Le recyclage de l’aluminium est facile et économe en énergie ; le processus ne nécessite qu’un dixième de l’énergie nécessaire à la production de nouveaux matériaux. Néanmoins, l’industrie automobile utilise actuellement 58 % d’aluminium nouvellement produit. L’IAI prévoit que cette part restera de 45 % en 2050.

La European Aluminium Association (vidéo en anglais) voit dans la transition vers la mobilité électrique la raison de l’augmentation de la demande à l’avenir. Plus une voiture électrique est légère, plus son autonomie est grande. Les cabinets de conseil économique prévoient que 12 millions de voitures électriques seront en circulation dans le monde d’ici 2025. Les cabinets de conseil économique prévoient que 12 millions de voitures électriques seront vendues dans le monde en 2025, et jusqu’à 21 millions en 2030.

Les fabricants agissent

Les autrices et auteurs du rapport accusent les constructeurs automobiles du fait que les impacts négatifs de la production d’aluminium sont encore un « angle mort » pour l’industrie. Aucune des entreprises interrogées n’avait analysé ses chaînes d’approvisionnement en aluminium pour comprendre les risques liés aux droits humains qu’elles comportent. « Au lieu de cela, les constructeurs automobiles ont donné la priorité au devoir de diligence de la chaîne d’approvisionnement pour d’autres matériaux essentiels aux véhicules électriques, tels que le cobalt […] », indique le rapport.

HRW et IDI appellent les entreprises à prendre davantage de responsabilités, à inclure des normes contraignantes en matière de droits humains et d’environnement dans leurs contrats d’achat et à exiger la même chose de leurs fournisseurs. Les chaînes d’approvisionnement devraient être entièrement cartographiées et ces informations doivent être accessibles au public. Cela permettrait aux communautés concernées et aux ONG de partager des informations sur les risques portant sur les droits humains et à des organismes indépendants de vérifier ces informations.

« Ils [les constructeurs automobiles] devraient utiliser leur pouvoir d’achat toujours croissant pour protéger les communautés dont les terres et l’environnement sont endommagés par l’industrie de l’aluminium », déclare Jim Wormington, chercheur principal sur l’Afrique à Human Rights Watch.

Bien que les constructeurs Audi, BMW et Daimler encouragent leurs fournisseurs d’aluminium à adhérer au programme de certification Aluminum Stewardship Initiative (ASI), cette démarche n’est pas suffisante. Le programme vérifie que les mines, les raffineries et les fonderies respectent les droits humains et les normes environnementales. « Cependant, les normes de l’ASI en matière de droits humains ne sont pas assez sophistiquées et ne fournissent pas de critères spécifiques pour évaluer dans quelle mesure les entreprises répondent à des questions importantes en matière de droits humains, telles que la réinstallation des communautés déplacées par l’exploitation minière », critique Human Rights Watch. Le programme a besoin de plus de transparence dans ses résultats et doit mieux impliquer les communautés dans le processus de vérification.

En revanche, les auteurs évaluent positivement un projet de « Drive Sustainability », une alliance de onze entreprises automobiles. L’initiative a lancé en mai un projet visant à évaluer les risques pour les droits humains liés à la production d’aluminium et de neuf autres matières premières. En janvier, ils ont contacté l’association des producteurs d’aluminium, l’Aluminum Association, à ce sujet et ont exprimé leur inquiétude quant à la situation en Guinée.

« Drive Sustainability » est devenu actif après que Human Rights Watch et Inclusive Development International ont contacté les entreprises au sujet des problèmes de la production d’aluminium. (hcz)